3-Gratouiller la coque et tirer des plans sur la comète

Un tabouret, un décapeur thermique et un grattoir seront les premiers outils de cette rénovation.Pas très drôle de décaper ce genre de peinture au goudron qui recouvre les œuvres vives de la coque. Un avantage à cette situation, ce revêtement a parfaitement protégé la carène et se décolle bien sous la chaleur du décapeur. Petit a petit, épaisseur après épaisseur, l’ancienne peinture sous-marine apparaît.details-coque-11.jpg

Une surprise nous attend au  détour d’un test sur une partie qui semble abîmée. Une sorte de tissu de verre apparaît sous l’insistance de la chaleur. Rapidement, un petit carré est dégagé. Pas de doute possible, cette coque a été habillée de tissu de verre.

Cet habillage a-t-il était fait par l’un des propriétaires, peut être au moment du changement de la quille ? …Ce n’est pas obligatoirement une bonne surprise. L’Epoxy n’était pas encore de mise  en 1965 alors ? …Un habillage en verre /Polyester ?…Pourquoi-pas ?…Mais  peut être que le bois est plus pourri que je ne l’imagine en dessous de ce tissu.

Un ami, ancien charpentier/constructeur naval réputé vient inspecter le bateau. Il sort son couteau de la poche et passe, en chantonnant, toute l’après-midi à planter sa lame dans le bois.

« C’est bon !…c’est bon… ! c’est bon…ah ! là c’est pas bon… ». Je vois de la poussière de bois sortir de la lisse de bauquière. Il gratte encore et encore. A chaque fois que la lame de couteau pénètre un peu loin dans le bois, il s’arrête de siffloter.

Après 2 heures d’inspection,il ressort de la cabine. « Alors…le verdict ? »

«  C’est bon…. Il est en super état mais…. La jaumière est à refaire avec le bois autour. Il y a 2 ou 3 lisses pourries mais rien de bien méchant. Quelques coutures de bouchain à revoir, des têtes de clous à refaire, l’avant à vérifier, quelques petits scarfs à faire sur la partie haute de la coque le pont à changer etc… mais sinon il est super ce bateau. »

Des petits tests sont faits sur différentes parties de la coque … Pas de doute cet habillage en tissu de verre a été fait par des professionnels et est en excellent état … Renseignements pris, il s’agit bien d’un travail effectué par le chantier à la construction. Dans les options, en 1965, il y avait un habillage  verre/polyester de proposé. La pose est impeccable. En dehors des parties ayant subi le passage du temps comme à  la sortie de l’axe de safran ou sur une couture de bouchain, l’habillage est parfait. Pas une bulle, pas de défaut et en plus il tient très bien.

Le gratouillage de la coque devient du travail de précision. Il ne faut pas trop chauffer les vieilles peintures pour ne pas endommager le tissu de verre. Il faudra quand même près de 8 jours pour dégager uniquement les œuvres vives.

details-coque-21.jpgAvant Grattage de la peinture au goudron.

details-coque-grattage1.jpgAprès Grattage, la vraie ligne de flottaison et ll'ancienne peinture sous marine

Je profite également de l’arrivée de plusieurs paires de bras pour démonter le système de gouvernail. Une sacrée tôle lourde et mal tenu sur un axe totalement rouillé. La décision est prise, il sera remplacé par un safran suspendu.

Un autre jour, ce sont les dizaines et dizaines de boulons qui fixent le roof qui sont dévissés ou  meulés.

Ça y est, le roof est parti. Le Challenger est devenu un Day boat à la mode Tofinou... Une perspective intéressante… !!

roof-out11.jpg

 Après avoir numérisé un plan échappé d’un article de la revue bateau datant de 1963, je retrace à l’ordinateur les lignes et mesures pour tenter d’évaluer le travail et les modifications à apporter.

Je suis fâché avec les chiffres et  je n’ ai pas la fibre « ingénieur » mais je connais bien Photoshop alors c’est sur ce logiciel que je retrace le bateau … et puis, cela permet de mettre des couleurs, des ombres, des matières ….

Il sera Rouge et d’un commun accord avec la famille, il s’appellera Red Dingue !

Pour la voilure, un mât 7/8 plus haut remplacera le vénérable mât Marco Polo  du gréement en tête. Pour le roof, il sera fait en bois pour permettre de l’agrandir un peu sur l’arrière et gagner une place assise dans le carré. Les bancs du coquepite seront rehaussés a la hauteur du pont, mais cela ne se verra pas car une hiloire sera remise pour que l’eau s’évacue bien.

En dehors de cela, rien ne bouge… Ah si, peut être un peu plus de confort dedans, mais c’est pour plus tard.

red-dingue-v3.jpg

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site