7-Le pont avant... Y'a de la misère

Décembre-janvier 2011. C’est parti pour le démontage du pont, à l’avant.

Lorsque nous avons récupéré le bateau, l’étrave possédait une sorte de construction en bois très « vieille marine » dénommée immédiatement «  «pirate des caraïbes » par la famille. Il ne manquait qu‘un petit canon sur cette boiserie digne de l‘avant d’un galion. Au-delà du côté un peu folklorique de cet assemblage, ce travail de menuiserie a sûrement évité à l’étrave des misères supplémentaires dues à un séjour ou le nez du fier navire ne tenait pas dans le hangar protecteur.

pirate-des-c.jpgCette protubérance est très bien construite et il faut directement fendre le bois pour accéder aux grosses visses qui la tienne.               3 heures plus tard l’étrave agressive a retrouvée ses formes d’origine.


chantier-lumiere.jpg C'est l'hiver, le soleil se couche tôt. le chantier est équipé de spots ... c'est chic !

Le démontage du pont laisse prévoir la rénovation complète du premier couple et de la lisse tribord. Las, il y a un peu de misères sur le bouchain supérieur tribord à l’avant. Le contreplaqué a subi l’outrage de l’eau douce sur environ70 cm.

Pour le moment je suis plus accaparé par l‘annonce d’une violente tempête et dans mes cauchemars, je vois le bateau s’envoler avec son maigre abri. Des bouts, des tendeurs, des vieilles drisses, des écoutes, le mât, la bôme, des arbres, la remorque… Tout ce qui permettra a la tente de ne pas s’envoler est utilisé… Et ça marche !

chantierhiver1.gif              chantier-hiver2.gif

Si la région a subi la force d’une belle tempête et que des arbres sont à terre, la tente à trois francs six sous, (dont le mode d’emploi signale qu’il ne faut pas la laisser en cas de vent), a tenu le choc ! ... Bon d’accord, le chantier commence à ressembler à une « guitoune » faite de bric et de broc et il ne faudrait pas que 3 ou 4 tempêtes autres tempêtes s’annoncent d’ici le printemps !

 Ca y est, l’avant de Red Dingue est en cours de consolidation. Toutes les cloisons sont démontées. Celle de l’avant, qui avait été déjà renforcée, est bien entamée et pourrie. La partie haute est coupée et entièrement refaite, incluant un nouveau double barrotage.

 Le bilan est le même pour le barrotage suivant. Il est entièrement refait et prolongé par des petites cloisons en contreplaqué pour relier les lisses des bouchains. Ce montage reprend, en plus solide, les points de fixation d’origine.

 La mauvaise surprise, c’est sans conteste, la lisse de bauquière tribord. Il faut la remplacer sur au moins 3 mètres….. Gros boulot en perspective.

Un premier montage à blanc est réalisé avant le collage définitif.monatge-avant.gifUn des « trucs » repris de la construction moderne bois-époxy est la technique du joint congé. (Mélange époxy-fibres). Il se trouve que les lisses des bouchains, (les grandes lattes de bois qui vont de l’avant a l’arrière du bateau aux angles de la coque) sont, saillantes à l’intérieur. Elles forment ainsi une sorte de petite gouttière, propice a la circulation et stagnation de l’eau ou de l’humidité. Bien nettoyées et décapées à cœur, elles sont donc passées à l’époxy et comblées par un joint congé. Avantage N° 1, Cela consolide le collage et rigidifie la structure. Avantage N° 2, élimination des zones de stagnation de l’humidité.

travaux-janv2012.gifEtat des travaux - 26 janvier 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×